Chers amis qui êtes assis sur une branche de l’arbre “Morges et Région en Transition”, 
Vous n’êtes pas sans savoir qu’un accord de libre échange est en cours entre la Malaisie et la Suisse. Si cet accord est conclu dans les termes actuels, les paysannes et les paysans de Malaisie perdront la maîtrise de leurs semences au profit de grands groupes agro-industriels, dont Syngenta, multinationale suisse. 
Allez voir le site  www.voir-et-agir.ch/semences  , et soutenez cette action par une lettre au SECO et par la diffusion tous azimuts de cette information. Elle doit dépasser le cadre des églises. Le confinement que nous vivons peut amener ceux qui ne sont pas débordés de travail à s’investir solidairement aussi pour cette cause-là-
Confinés comme dit Geluck mais pas cons finis …A la prochaineet bien amicalementCatherine Streiff Michaud

Suisse: Le SECO interpellé par 1000 paysannes et paysans dans le monde

Si l’accord de libre-échange que le Secrétariat d’Etat à l’économie (SECO) à Berne négocie actuellement avec la Malaisie entre en vigueur, les paysannes et paysans malaisiens perdront la maîtrise de leurs semences au profit de grands groupes agro-industriels, estiment les œuvres d’entraide des Eglises suisses.

Action de Carême (AdC), Pain pour le prochain (PPP) et Etre Partenaires (EP) dénoncent le fait que plus de la moitié des semences commerciales sont contrôlées par trois multinationales, dont Syngenta, qui a son siège en Suisse. Ces ONG lancent une action internationale pour que les normes de protection des obtentions végétales qui menacent les systèmes semenciers paysans dans les pays du Sud ne soient plus incluses dans les accords de libre-échange.

Dangereux brevet sur les semences

«Une poignée d’entreprises décide de ce que nous cultivons et de ce que nous mangeons. La gamme des semences produites par ces multinationales ne comprend que quelques espèces, généralement inadaptées aux particularités locales.

Pour qu’elles poussent et atteignent un rendement élevé, les paysannes et paysans doivent aussi acheter des engrais et des pesticides aux mêmes multinationales, qui obtiennent ainsi de juteux bénéfices, au détriment de l’environnement et de la biodiversité», affirment de concert AdC, PPP et EP, dans un communiqué publié à Lausanne le 26 février 2020.

Protection des obtentions végétales

Dans l’accord de libre-échange en cours de négociation, la Suisse demande à la Malaisie d’adopter une loi stricte en matière de protection des obtentions végétales conforme à la Convention internationale pour la protection des obtentions végétales ratifiée en 1991 (UPOV 91).

Les œuvres d’entraide des Eglises suisses dénoncent le danger des brevets sur les semences | © Action de Carême

La protection des obtentions végétales – une sorte de brevet sur les semences – garantit aux semenciers un monopole, dont tirent parti, pour l’essentiel, les multinationales de l’agriculture. «Si nous ne pouvons plus produire nos semences, ce sont les semenciers qui fixeront les prix. Cette loi nous empêche en outre de transmettre nos connaissances ancestrales aux générations de demain», explique Borhan Omar, membre du conseil communal de la localité de Sungai Rusa, en Malaisie. Depuis des générations, les familles paysannes de son village sélectionnent leurs propres semences, qu’elles multiplient, échangent et vendent. Or, ce sont précisément ces pratiques qu’une nouvelle loi veut interdire.

Le droit à l’alimentation de la population mis en péril

Les conséquences de ce modèle sont déjà visibles dans d’autres pays d’intervention d’Action de Carême et de Pain pour le prochain. «Au Honduras, nos partenaires ont déposé une plainte constitutionnelle contre une loi qui met en péril le droit à l’alimentation de la population et plus spécifiquement le droit aux semences. La procédure est encore en cours», relate Ester Wolf, responsable «Droit à l’alimentation» à PPP.

«Le droit aux semences est reconnu dans la Déclaration des Nations Unies sur les droits des paysans, approuvée en 2018 par de nombreux pays, dont la Suisse. Il est incohérent que la Suisse demande une loi qui limite l’accès aux semences des familles paysannes dans les accords de libre-échange», poursuit-elle.

Le conseil fédéral interpellé

Pour que la Malaisie ne connaisse pas le même sort, plus de 90 paysannes et paysans malaisiens ont envoyé des lettres au SECO pour lui demander d’exclure l’adoption d’une loi conforme à l’UPOV 91 des négociations de l’accord de libre-échange. Par signe de solidarité avec la Malaisie et parce qu’elles sont elles-mêmes concernées, plus de 1000 personnes d’Afrique, d’Amérique latine et d’autres pays d’Asie ont, elles aussi, écrit au SECO. Le public suisse est également invité à soutenir cette action, comme l’ont déjà fait plus de 200 personnes et de nombreuses paroisses.

«Ensemble pour une agriculture qui préserve notre avenir»

En lançant leur Campagne œcuménique 2020 (du 26 février au 12 avril) intitulée «Ensemble pour une agriculture qui préserve notre avenir», les oeuvres d’entraide suisses AdC, PPP et EP demandent que les paysannes et paysans puissent conserver la propriété et la maîtrise de leurs semences.

Afin de sensibiliser le public suisse aux enjeux liés aux semences, les trois ONG chrétiennes ont mis sur pied plusieurs événements qui auront comme protagonistes des spécialistes du domaine semencier, des personnes du milieu associatif qui s’engagent pour la sécurité alimentaire ainsi que des académiciens et des académiciennes. L’hôte de la campagne de carême de cette année, le Hondurien Octavio Sánchez Escoto, interviendra à l’occasion de trois des six événements proposés et apportera son témoignage sur la situation dans son pays d’Amérique centrale. Octavio Sánchez Escoto est coordinateur d’ANAFAE, une organisation partenaire qui promeut l’agroécologie et l’accès aux semences traditionnelles. (cath.ch/adc/be)

Catherine Streiff Michaud Résidences de la Côte 60
CH-1110 MORGES +41.79.784.30.21

Catégories :

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code